Crise ivoirienne: les Intellectuels africains ragotent

Arbre à palabre, symbole du débat en AfriqueLa crise ivoirienne fait aujourd’hui couler beaucoup d’encre, de salive ; elle use les méninges, libère les passions, ravive des thématiques aussi vieilles que nos indépendances.

Cependant, je pense que tout discours sur la Côte d’Ivoire aujourd’hui mérite la prise en compte d’une valeur absolue : le respect du peuple ivoirien qui s’entredéchire, qui souffre.
Le respect donc de ce peuple doit, je pense, guider nos réflexions et nos prises de positions. En cela les intellectuels africains ont une fois encore manqué le débat ; ils ont une fois encore manqué l’Histoire.

Un peuple souffre, un enfant de la mère Afrique gémit, pris en otage par ses propres frères ; et que dites-vous ! Et que faites-vous ! Vous discourez ! Vous accusez ! Vous criez au scandale ! Vous trouvez que la France, ne fait non moins que de redorer son blason de colonialiste.

Or la préoccupation radicale du moment est comment ce peuple qui n’a pas pour nom de famille Gbagbo ou Ouattara retrouve sa liberté, ses mouvements et sa rue princesse. Et c’est cette question que la France malgré ses intérêts légitimes, contribue actuellement à résoudre.

La vraie question que vous, chers intellectuels devriez poser, vous ne l’envisagez même pas ; la France, elle, la résout tant bien que mal avec l’arme au point : ça ce n’est pas le néo-colonialisme ; ça s’appelle assistance en personne en danger et lâcher par ses intellectuels.

Toutefois, mesdames et messieurs les intellectuels africains je vous comprends !
Pour la plupart, vous n’êtes pas à Abidjan, vos oreilles loin du bruit des armes écoutent des slows français, vous ne manquez de vaquer à vos activités, vous ne manquez de rien. Vous buvez même, chers anti-français votre café à la française, vous arrosez vos festin de ses vins rouges à la française au détriment de vos boissons locales.

Chers Intellectuels africain, vieillis par vos ambigüités et vos inactions cinquantenaires, n’est-il pas temps que vous créiez un club des « inactuels » aux idées poussiéreuses, trop poussiéreuses pour les secouer aux yeux du monde ?

Vous, intellectuels africains, vous me faites honte et vous me faites rires. Mais d’ailleurs qui vous a sacré intellectuels. Vous vous glorifiez de ce titre en vous pavanant paradoxalement dans les salons européens parce que vous seriez les portes voix de ces individus nègres nobles à qui le prix de nos parfums d’une année peut contribuer à doter un hôpital d’un scanner.

Chers intellectuels africains, je ne vous reconnais pas, parce que vous ne représentez que vous-même et les entiers tordues de vos raisonnements et de vos paradoxes. Votre science et votre savoir n’ont pas atteint la sagesse. Alors je vous bannie de l’arbre à palabre.

Jeunes de partout et vous jeunes français, Américains et chinois et de toutes part, venez fraterniser avec nous pour que nous puissions construire de nouvelles thématiques africaines dépouillées de ces notions trop instrumentalisées par nos politiques que sont la souveraineté, la non-ingérence, l’anti-néocolonianisme et patati, patata.

Chers intellectuels africains, nous jeunes africains, aujourd’hui notre lutte n’est pas contre l’Europe, la France, mais contre nous-mêmes. C’est pourquoi nous commençons cette lutte en premier lieu contre vous en réfléchissant à coup de marteau.

Français, Américains et aussi Chinois, faites tout ce qui vous plait en Afrique puisque nos Intellectuels n’ont plus la droite raison et que nos dirigeants politiques ont autant pillé notre Afrique autant que vous !

The following two tabs change content below.
Charles Lebon
Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.
Charles Lebon

De Charles Lebon

Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.

Une réflexion sur “Crise ivoirienne: les Intellectuels africains ragotent

  1. Pingback: Mondoblog | Blog | Crise ivoirienne: les Intellectuels africains ragotent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*