Les fables de mon village: une école dans l’oubli

Les soirs, pendant les clairs de lune, après le diner, nous nous réunissons autour de Nagan, la vielle de notre maison . Les uns se regroupant par genre ou par affinité. Les autres comme moi plus petits, blottis contre nos mamans, la tête posée sur leurs genoux pour mieux s’y accrocher lorsque comme il arrive trop souvent, l’histoire contée comportait des génies de la brousse dont on avait tellement peur. Continue Reading →