Sénégal 2012: Wade, mon amertume amère!

En prenant mon stylo, je revoie défilées devant mes yeux les images de ce jour triomphal pour tout le Sénégal, pour toute l’Afrique.
Wade, en effet, venait d’être proclamé président élu du Sénégal. Non, c’était pas le président sortant, ce n’était pas le président-organisateur qui vient d’être ré-élu! C’était un opposant de longue date!

Ce jour, le Sénégal chantait et toute l’Afrique dansait.
Ce jour, nous Togolais, qui ployions sous une dictature quarantenaire d’Eyadema, espérant l’alternance comme les Juifs, un messie, redonnions force et vigueur à nos rêves, à nos combats.

En fait, la terre avait tremblé au Sénégal et nous espérions que ses secousses et ses répliques atteignent les fondements des autres dictatures africaines et les engouffrent.

Cette élection présidentielle du 27 février et du 19 mars 2000 qui s’est conclue par la victoire au deuxième tour de Maître Abdoulaye Wade constituait un cas salué comme tout à fait exceptionnel.
Les commentaires élogieux de la presse écrite et parlée, non seulement nationale mais étrangère, chantaient la « victoire de la démocratie » au Sénégal.
Wade devenait en effet en ce jour le symbole de la démocratie et la fierté de tous les opposants africains.

Mais aujourd’hui, ma déception envers Wade est à la mesure de l’espoir qu’il a suscite. Toutefois n’est-ce pas qu’à quelque chose, malheur est bon? La dérive de Me Wade peut être une leçon.

Mais ici la leçon à retenir voudrait que nous nous imprégnions d’une dose suffisante d’existentialisme. Si l’homme existe et se définit après, nous devons seulement prendre acte des nouveaux qui prennent le pouvoir et ne définir ce qu’ils sont qu’après exercice du pouvoir. Parfois à trop crier victoire très tôt, à trop mettre confiance en l’homme au début, on ne finit par récolter que des déceptions à la taille de Wade.

Il est tant que les peuples se réveillent et surtout les intellectuels pour que nos militantismes n’aient pas pour définition le nom d’un individu ou des démonstrations tordues, dithyrambiques et partisanes.

Et ceux qui soutiennent le vieux Wade, ont certainement le diable dans leurs caleçons, pour vouloir construire un pays avec un nonagénaire.
J’ai trouvé un peu curieux et rigolo cette louange que l’hebdomadaire en ligne le Messager a consacré à Me Wade:

“Nous avons tous et toutes besoin, sans conteste, d’un homme ou d’une femme aux mains expertes, grâce à qui le gouvernail ne tremblera pas, capable de dépassement, un homme ou une femme de paix, de dialogue, connaissant bien la valeur de la concorde nationale et qui nous mènera vers des lendemains meilleurs pour tous. En tout cas, la vie politique, le combat héroïque, le bilan inégalable en dix (10) ans et le parcours historique de notre charismatique et Illustre Candidat, le Grand Bâtisseur, l’infatigable pacificateur, Maître Abdoulaye WADE, accompagneront nos compatriotes dans leur recherche du meilleur profil, entre le Concret et le saut dans l’inconnu, le rêve et la réalité, la Paix et l’inutile confrontation.“

Mais c’est à croire qu’au pays de la Teranga, il n’y a plus personne, aucun digne fils ou fille du Sénégal, à part Wade, qui puisse mieux gouverner? Donc Après Wade, nous devons certainement attendre le chaos? Non, chers griots à la solde de Wade et de ses sbires, arrêtez l’idiotie et faisons place à la réflexion.

La leçon de Wade, c’est que nous devons renouveler notre pensée politique et commencer sérieusement par rêver pour notre continent.

Lorsque Me Wade déclare ceci au service français de la voix de Amérique reproduit par Jeune Afrique: « J’ai le droit d’être président. Je crois qu’il y a des gens qui réclament la démocratie et qui ne sont pas des démocrates. Il faut laisser la voix au peuple sénégalais  » en ajoutant « Que chacun se présente et que le jeu soit ouvert, qu’il n’y ait pas de tricherie« , il ne fait que souligner sa petitesse d’esprit commun à la plupart des intellectuels et hommes politiques africains.
Ce que nous voulons pour notre continent, ce n’est pas le formalisme mais la sagesse dans le formalisme. J’entends ici par formalisme l’application stricto sensu de toutes les règles qui régissent l’organisation et la gouvernance d’un peuple.
De ce fait, la candidature de Wade est en soi un péché contre la jeunesse et une insulte à la capacité des autres hauts dirigeants de son propre parti à lui succéder.
Je ne demande pas à Me Wade d’être Nelson Mandela, mais d’être plus que Nelson Mandela. Et cela, il ne l’a pas compris. Il préfère être petit.

Mon objectif n’est pas de revenir sur les critiques contre sa candidature. Mais je crois que cette candidature après celle avortée de son fils Karim, les arguments farfelus et fallacieux d’ici et là de ses druides politiques, ressemblent beaucoup plus à une gaminerie qu’à des agissements responsables d’un digne vieux Africains parvenu à l’âge de la sagesse.

Il est vrai que je ne peux pas demander à autrui d’être ce qu’il n’est pas, surtout lorsque c’est un opposant qui longtemps a lézarder les murs présidentiels avant de conquérir le pouvoir. Mais de grâce que cet autrui arrête de foutre le bordel dans notre cite commune et de servir la honte sur la place publique.

Toutefois en considérant ces propres déclarations précitées, le peuple sénégalais à le devoir et la responsabilité de donner une bonne leçon à Wade et à tous les diablotins et marabouts qui l’entourent. En ce sens, je dis à l’opposition sénégalaise qu’il est encore temps de trouver en son sein les meilleures stratégies pour aider le peuple à ce résultat.

En attendant Fevrier 2012, mobilisons-nous avec un seul mot d’orde: TOUS CONTRE WADE!

The following two tabs change content below.
Charles Lebon
Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.
Charles Lebon

De Charles Lebon

Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.

9 Des réflexions sur “Sénégal 2012: Wade, mon amertume amère!

  1. J’ai été impressionné par cette analyse de la situation politique au Sénégal, ce qui n’est qu’un exemple parmi tant d’autres à la Seule différence que Me Wade est rentré au palais présidentiel par la voie légale. Aussi a-t-il millité dans l’opposition et faisait montre d’une bonne foi.
    De telles analyse, je me demande si elles sont lues par les intèressés. Et si oui, qu’est-ce que cela leur dit? Eux qui sans doute faisaient les mêmes analyses. Pourquoi deviennent-il brusquement des Louds eux qu’hier était des agneaux?

    • Salut Denis,
      Merci pour ton commentaire.
      Tu poses des questions qui ont leur reponse dans la difficulte que nous avons à saisir, à comprendre et à definir l’etre humain.

      L’homme continuera par nous étonner, et s’etonnera de lui-meme, meme ceux que nous croyions les meilleurs.
      C’est pourquoi il est essentiel que des garde-fous (certainement que tout homme est un fou) soient solidement établis afin de limiter la folie des uns et des autres en matiere de la gestion et de la gouvernance car comme le dit Alain « Tout pouvoir est méchant dès qu’on le laisse faire « .

      C’est pourquoi Montesquieu envisageait deja la separation des pouvoirs: “Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir”.
      Mais aujourd’hui cette separation des pouvoirs se retrouve alienee par des interets de l’executif.

      Des lors, le peuple doit prendre ses responsabilites. Comment, je ne te le dirai pas. Mais par tous les moyens.

      Amities!

  2. J’essaie péniblement de me mettre dans ta peau consternée pour mieux comprendre ton amertume en vers quelqu’un qui au départ se présentait comme Jésus, mais qui, malheureusement se transforme en Judas. Bref. Les hommes au profil de ton cher président au bas age moral, le monde en a connu tant et connaitra d’autres encore, comme on ne l’espère pas, en tout cas. Je ne connais pas trop la politique de ton pays, mais n’empeche que j’ai des réserves sur ceux qui constituent le bloc d’opposant a monsieur Wade. Donc, je me demande, exist-il vraiment une Opposion Progressiste ? Qui pense et travaille pour le petit peuple. Car, rappelle-toi bien que, le malheur ne vient jamais seul. Donc, celui qui regarde faire le mal est plus mauvais que celui qui le fait.
    Amitiés.

    • Salut cher Osman,

      Comme tu nous le rapelles, « celui qui regarde faire le mal est plus mauvais que celui qui le fait. » Je ne sais pas exactement ce que tu entends par « opposition progressiste ». Cependant il est important que nos opposants ne se reveillent pas que pendant les elections. Il faut qu’ils fassent un travail progressif et permanent pour ces echeances.

      Bien de choses a toi! Amities!

  3. Le sang a toujours fertilisé le terreau des grandes nations !!! Les luttes contre le Colonisateur n’auront pas suffit, l’Afrique se débarrasse aujourd’hui de ses despotes, et ce vent venu du Maghreb n’épargnera aucun pays la cote d’ivoire et le Niger ont réussi leur révolution, le Sénégal ne sera pas une exception, si c’est le prix à payer…
    Notre cher pays était la vitrine de la démocratie en Afrique du Caire au Cap, cette image est aujourd’hui écornée, ternie par son entêtement à vouloir vaille que vaille mourir au pouvoir.
    IL QUITTERA!!!

    • Salut Toula,

      Une phrase de votre commentaire a retenu mon attention et m’a plonge un peu dans la reflexion: « Notre cher pays était la vitrine de la démocratie en Afrique du Caire au Cap, cette image est aujourd’hui écornée, ternie par son entêtement à vouloir vaille que vaille mourir au pouvoir. » Mais aussitot ta derniere phrase que je sens energique me dit que nous devons rester des sentinelles a la democratie! Oui, Wade quittera!

  4. Je suis vraiment touché par votre analyse très pertinent. Je vis cette situation avec un très grand engagement avec beaucoup d’amertume. En 2000 nos parents qui connaissait bien ce vieux farfelu avait prédit cette situation. Aujourd’hui j’ai réfléchi et je me suis posé beaucoup de questions:
    – Pourquoi le président SENGHOR n’a jamais donné de responsabilité à ce militant de l ‘UPS qu’était ce  » niombor » (liévre) ?
    – Plusieurs fois entré dans le gouvernement de Mr DIOUF il n’a jamais occupé un portefeuille ministérielle ayant un sens. Ministre d’état sans portefeuille uniquement pour gagner des sous.Pourquoi?
    – Pourquoi ce vieux renard n’a jamais gagné la confiance des marabouts?
    C’est les leaders de l’oppositions qui l’ont amené au pouvoir et tous les marabouts étaient avec ABDOU DIOUF.
    Mes chers compatriotes africains nous citoyens dans le vrai sens du mot on se battra énergiquement contre cette candidature qui fait la honte de tous les africains.

    • Salut Mr Ndiaye,

      Je vous remercie pour la peine que vous avez prie pour deposer ce commentaire sur mon blog.
      Je reprend en mon compte votre appel aux Africains : »Mes chers compatriotes africains nous citoyens dans le vrai sens du mot on se battra énergiquement contre cette candidature qui fait la honte de tous les africains. » Car la lutte contre les fourberies de Wade doit etre mener par tout Africain qui reve encore pour ce continent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*