Sénégalais! Pincez tous vos koras, Frappez les balafons…!

Peuple sénégalais: Merci!

le peuple sénégalais à le devoir et la responsabilité de donner une bonne leçon à Wade et à tous les diablotins et marabouts qui l’entourent. En ce sens, je dis à l’opposition sénégalaise qu’il est encore temps de trouver en son sein les meilleures stratégies pour aider le peuple à ce résultat.

Je concluais par ces mots le billet dans lequel j’appelais ouvertement à voter contre la candidature de Wade.

Au lendemain de ce deuxième tour et la certitude qui sort des urnes en la défaveur de Mr. Wade, j’ai eu le sentiment que j’ai pas crie dans le désert. C’est donc d’un pas heureux et léger que je viens par ce billet dire simplement un Merci au peuple sénégalais.

  • Tout  peuple connait le chemin de son bonheur

Le peuple n’est pas toujours la « masse », la « foule », le « troupeau » aveugle et bruyant, sans logique et sans rationalité. Lorsque les conditions sont réunies, il sait choisir résolument le chemin qui mène à son bonheur. La volonté d’un peuple, n’allez pas le chercher dans cette foule qui danse et chante à la gloire d’un Mobutu Sese Seko ou d’un Gnassingbe Eyadema. Cette volonté du peuple, elle n’est pas non plus dans une quelconque révélation d’un marabout. La volonté d’un peuple n’est pas dans sa soumission.

La volonté du peuple s’extériorise lorsqu’il s’exprime. Et lorsqu’on ne l’entend pas, la révolution pacifique ou violente ou  l’urne transparente devient son crie. Le peuple sénégalais vient de voter. Le peuple sénégalais vient de crier.

Son cri est un Non. Un Non contre l’abus de la souveraineté qu’il octroie librement à qui  il veut. Même s’il semble parfois lent à réagir, il sait qu’il est immortel alors que ceux a qui il octroie sa souveraineté ne sont que de pauvres mortels. L’empereur Jean Bédel Bokassa Ier, Mobutou et Eyadema ne sont plus, mais leurs peuples demeurent et se rient bien de leurs glorioles.

Amis dirigeants, méfiez vous donc d’un peuple qui chante et danse car c’est sa meilleur façon de vous cacher le dard avec lequel il vous poignardera. Si vous ne l’écoutez pas, si vous ne vous pliez pas à ses désirs, si vous ne vous préoccupez pas de son bonheur, sachez qu’il connait le chemin qui y mène. Demandez à Wade, il vous en dira davantage.

Cependant pour que la consciente du peuple soit en éveille et vigilante face à la confiscation de sa souveraineté, il faudrait qu’il y ait un travail à même d’éclairer son intelligence. Ceci, Victor Hugo nous le dit plus fortement :« quand le peuple sera intelligent, alors seulement le peuple sera souverain.» (in Littérature et philosophie mêlées, 1834)

Le Sénégal vient de faire un grand pas dans sa marche de démocratisation. Toutefois, ce pas pourrait-être un pas de géant, si le vieux Wade était sorti par la grande porte. Quel n’aurait été la joie de l’Afrique Noire, tandis que des étourdis de militaires embastillaient la démocratie au Mali, de voir le retrait digne de Me Wade après avoir arbitré des élections entre d’autres ambitieux. On aurait pu au moins une fois en Afrique Noire faire de l’élection une partie de fête. Mais hélas, le vieux n’a pas voulu de soirée  tout simplement parce qu’il ne pourrait pas se déhancher comme les jeunes. Alors il nous a foutu la merde!

L’attente du peuple envers le nouveau président est donc en tout premier de ne pas emboiter les pas du vieux. Le nouveau président doit se souvenir qu’il est un président par défaut. Le peuple sénégalais a beaucoup plus voté contre Wade que pour Macky. Il lui restera donc d’acquérir la confiance de se peuple en l’écoutant plutôt que de se faire chatouiller les oreilles par des marabouts .

Il doit aussi savoir que le peuple attend autre chose de lui que l’érection d’un monument de renaissance.

Le peuple est un barbier qui ne manque pas de raser ses clients à tour de rôle les uns plus drôles que les autres. A chacun de mériter sa barbe. Wade a déjà la sienne. Macky ne doit pas en avoir une plus répugnante que celle de Wade.

Le nouveau président a le devoir de porter plus haut les aspiration de ce peuple, les aspirations de nous jeunes Africains vers un bien-être socioculturel qui permettra l’éclosion de projets authentiques pour une renaissance africaine. Au lendemain de son élection je n’ai pas trop de mots que ceux de Joseph Arthur de Gobineau: « un peuple a toujours besoin d’un homme qui comprenne sa volonté, la résume, l’explique et le mène ou il doit aller.» (Essai sur l’inégalité des races humaines, 1853-1855)

A tout le peuple Sénégalais et à toutes l’équipe de #Sunu2012 qui a fait un travail formidable sur les réseaux sociaux notamment sur twitter et l’equipe de blogueurs et journalistes pilotée par la RFI sur place, je dis un Merci!

Mais n’oublions que la bataille n’est qu’à son début. Ne baissons donc pas la garde!

 

Hymne national du Sénégal :

« Pincez tous vos koras,
Frappez les balafons,
Le lion rouge a rugi,
Le dompteur de la brousse
D’un bond s’est élancé,
Dissipant les ténèbres,
Soleil sur nos terreurs,
Soleil sur notre espoir.
Debout, frères !
Voici l’Afrique rassemblée.»

The following two tabs change content below.
Charles Lebon
Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.
Charles Lebon

De Charles Lebon

Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.

2 Des réflexions sur “Sénégalais! Pincez tous vos koras, Frappez les balafons…!

  1. Pingback: Malaise dans la cité: revue de l’actualité togolaise | TogoCouleurs

  2. Pingback: Mondoblog | Blog | Malaise dans la cité: retour sur l’actualité togolaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*