TOGO : Encore ?…un journaliste de nouveau agressé

Photo Togocouleurs/Mondoblog
Photo Togocouleurs/Mondoblog

Le reporter Fredo Attipou de Togovisions a été victime d’une agression hier mercredi 3 Avril 2013 par des individus non identifiés qui ont tenté de l’écraser avec deux voitures, l’une de plaque d’immatriculation togolaise et l’autre nigériane.

Les individus, dit-il, à bord de l’un des véhicules l’ont menacé « c’est toi qui envoie les images à l’extérieur… ». Fredo s’est retrouvé à l’hôpital avec le menton fendu et tout son matériel endommagé. Rappelons que ceci intervient  à la veille d’une grande manifestation de protestations célébrant la première anniversaire  du Collectif Sauvons le Togo.

Fredo Attipou dans la salle d’opération  médicale
Fredo Attipou dans la salle d’opération médicale

 

Le journaliste ATTIPOU, lui-même raconte, (voir la vidéo ci-dessous) ce qui s’est passé

Au Togo le journaliste reste une proie facile du régime de Faure Gnassingbé, qui, pour conserver le pouvoir et museler les journalistes, utilise soit des kilos de billets de banques ou la cravache. Ce qui évidemment n’empêche pas une frange des journalistes  à rester fidèle à leur métier d’informateur et d’éclaireur de la société. A ces derniers sont réservés surtout la cravache et les gaz lacrymogènes.

Dans un reportage intitulé « Entre bouts de ficelle et coups de matraque : être journaliste au Togo » qu’elle a réalisé à Lomé, Amélie Niard se rend compte de la situation du journaliste au Togo : « Pressions, intimidations, manque de rigueur, manque de moyens, autocensure, corruption : Etre journaliste au Togo ce n’est pas simple. »

Rappel de quelque agression sur les journalistes

Younglove Agbéboua Amavi, Secrétaire général du SAINJOP après sa blessure par les forces de l’ordre. Photo afreepress.info Le 14 mars 2013, les forces de l’ordre ont violemment dispersé à Lomé un sit-in des journalistes du secteur privé qui entendaient protester contre les nouvelles dispositions de la loi organique de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). Elles ont utilisé des matraques, des bombes lacrymogènes et des balles en caoutchouc. La manifestation avait été organisée par 7 associations professionnelles. Des journalistes ont été blessés, notamment Younglove Egbéboua Amavi, secrétaire général du Syndicat des agents de l’information, techniciens et journalistes des organes publics (SAINTJOP).

  • Le 2 Mars 2012 à Lomé, donc deux ans jour pour jour le journaliste avait connu sa première agression. À la marge d’une manifestation des Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) pour protester contre la torture et l’impunité, Fredo, un reporter Togovi surprend des gendarmes en train d’emporter sans autre forme de procès la moto d’un manifestant. Visiblement mécontents d’être pris en flagrant délit, les gendarmes se jettent violemment sur Fredo et lui assènent des coups de poing et de matraque. Voir la vidéo ci-dessous

  • Terroriser pour régner : un Complot ourdi contre les Journalistes au Togo (Togocouleurs)Il s’agit d’un complot qui vise à éliminer physiquement certains journalistes jugés trop critiques à l’égard du pouvoir de Faure Gnassingbé: « Depuis un moment, des alertes de sources anonymes parviennent aux responsables de SOS Journalistes en Danger, alléguant des complots visant à porter atteinte à l’intégrité physique de certains journalistes, jugés critiques vis-à-vis du pouvoir de Faure Gnassingbé. Ces alertes ont particulièrement et curieusement été insistantes et persistantes dans la journée du jeudi, 22 juillet 2011 » a précisé l’association SOS Journaliste en Danger dans un communiqué.
  • Le 27 avril 2012 pendant qu’il couvrait la répression de la manifestation organisée parle collectif « Sauvons le Togo » à la Place de l’Indépendance, Noël TADEGNON, correspondant de l’agence Reuters Télévision avait été sauvagement agressé par les forces de l’ordre.
L’agression Noel Tadegnon immortalisée à travers une caricature

L’agression Noel Tadegnon immortalisée à travers une caricature

Ces quelques faits témoignent de la situation dangereuse dans laquelle se trouvent les journalistes au Togo dans un climat de résistante populaire contre le régime des Gnassingbé qui dure déjà plus d’un demi-siècle.

C’est un climat de violence qui semble être bien prémédité et cautionné par les plus hautes autorités à travers  leurs mutismes sur tout acte de barbarie envers les citoyens et l’impunité accorde de fait aux auteurs.

 

The following two tabs change content below.
Charles Lebon
Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.
Charles Lebon

De Charles Lebon

Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.

2 Des réflexions sur “TOGO : Encore ?…un journaliste de nouveau agressé

  1. Moi je n’ai jamais compris pourquoi le pouvoir était obligé de museler les journalistes. Je pense qu’il faut travailler avec eux. Malheureusement, comme le pouvoir gère mal et a des choses à cacher, il est obligé de les violenter. Au Cameroun, mes profs (journalistes) disent qu’on a comme une épée supendue sur la tête. Charles, il faut dénoncer…

  2. C’est vraiment dommage que ces veilles méthodes d’intimidation et de répression continuent comme si de rien n’était.Il est où le changement ? hein !
    Kèdèèè mon frère!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*