Les vacances: un sacré temps pour les jeunes à Lomé!

Lomé vibre en effet depuis fin juin aux rythmes des vacances, faits de concerts, de colonies de vacances, de randonnées sur la plus belle plage de la sous-région qui borde toute la capitale ou encore des weed-end dans la région des plateaux où la nature, généreuse comme les seins saints et diaboliques d’une jeune loméenne, offre un climat et des habitudes exotiques et érotiques rêvées, des nuits assez mouvementés, des soirées en catimini et même des conférences en duo entre les secrets des quatre murs où garçons et filles se donnent des cours d’anatomie comparée.
Continue Reading →

Les fables de mon village: une école dans l’oubli

Les soirs, pendant les clairs de lune, après le diner, nous nous réunissons autour de Nagan, la vielle de notre maison . Les uns se regroupant par genre ou par affinité. Les autres comme moi plus petits, blottis contre nos mamans, la tête posée sur leurs genoux pour mieux s’y accrocher lorsque comme il arrive trop souvent, l’histoire contée comportait des génies de la brousse dont on avait tellement peur. Continue Reading →

La Saint Valentin à Lomé : l’Eros en fête

Chez nous ici à Lomé, l’amour existe. Nous ne le démontrons pas à force d’argument mais de fleurs et de soirées en duo.
Chez nous, l’amour n’est pas un concept ; c’est du domaine de l’indicible, qui se transmet très souvent loin des regards entre souvent quatre murs où seul à seul, nous nous disons ce que vous ne connaissez que de trop !
Même si le langage des fleurs nous est trop peu connu, la première des choses est d’aller choisir des fleurs de plus en plus artificielles jointes de petites notes poétiques. Ici, l’occasion ne fait pas le larron ; mais bien le poète. Continue Reading →

Et nous mangeâmes, et nous dansâmes, et nous… et nous cuvâmes: l’ambiance était électrique à Lomé

L’ambiance des fêtes estivales à Lomé, c’est d’abord l’esprit de ces fêtes.
Les fêtes chez nous sont à l’image de la raison suffisante que chacun a pour les célébrer. Aussi l’ambiance diffère-t-elle d’une raison à une autre.
A Lomé, nous pouvons dégager deux grandes raisons festives qui se lancent des anathèmes. Il s’agit de la raison religieuse et de la raison profane. Si ces deux raisons s’entendent sur « le pourquoi » de ces fêtes, « le comment fêter » les oppose prodigieusement.
Continue Reading →

Lomé, la coquette, s’habille pour les fêtes de fin d’année

L’approche des fêtes de fin d’année ne laisse pas Lomé indifférente. Capitale togolaise, Lomé se prépare et se pare, se fait belle, élégante et charmante. Tout ceci pour donner un relief à ces fêtes.
Tout compte fait, Lomé se prépare aux fêtes de fin d’année en se déguisant. Oui en se déguisant parce qu’entre l’être et le paraître le fossé est vertigineux.
Mais avant de dire la différence entre l’Etre de Lomé et le Paraître de Lomé, mettons nous d’abord d’accord sur le mot déguiser . Déguiser, c’est travestir une personne, c’est cacher, dissimuler. Dans le théâtre c’est l’équivalent du masque : une figure de carton qui dissimule les traits réels. C’est en fait rendre méconnaissable. C’est aussi se monter tout autre qu’on est, c’est-à-dire apparaître. Voilà le rôle qu’on fait jouer à ma ville à l’approche de ces fêtes. Voyons donc à présent ce que c’est que l’être de Lomé. Continue Reading →