Une lettre à Patrice LUMUMBA à l’occasion du cinquantenaire de son assassinat

Article : <strong>Une lettre à Patrice LUMUMBA à l’occasion du cinquantenaire de son assassinat</strong>
17 janvier 2011

Une lettre à Patrice LUMUMBA à l’occasion du cinquantenaire de son assassinat

Une lettre à Patrice LUMUMBA à l’occasion du cinquantenaire de son assassinat

Patrice Lumumba, le premier chef de gouvernement congolais mort le 17 janvier 1961

Bien cher Patrice,

Il y a 50 ans, tu meurs, assassiné le 17 janvier 1961 dans le Katanga après avoir été renversé avec la complicité des services américains et belges. Tu es mort en défendant la cause de ton pays mais aussi de toute l’Afrique. Après 50 ans tu demeures vivant car les racines du mal africain contre qui tu luttais demeurent sur le continent.

Ton pays le Congo est toujours sous l’emprise des intérêts extérieurs et des multinationaux et les élections qui s’annoncent cette année sont déjà hypothéquées.
Dans le discours du 30 Juin 1960, tu disais que « La République du Congo a été proclamée et notre cher pays est maintenant entre les mains de ses propres enfants« . Mais ses enfants , les propres enfants de ton Congo et de notre Afrique sont pour la plupart ceux qui servent ces intérêts et continuent de livrer l’Afrique et nos frères et sœurs épris de liberté à la torture, aux traitements inhumains et à la mort.

Mais d’où tu es, donne-nous, à nous jeunes de ce continent meurtris, désorientés mais résolu de prendre nos responsabilités, la force de poursuivre le combat. Car ton Afrique, notre mère reste meurtrie; meurtrie à cause des péchés de ses enfants.

Rappelle-nous ce que tu disais dans ton discours devenu historique sur la lutte pour l’indépendance: « c’est par la lutte qu’elle a été conquise, une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n’avons ménagé ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang« .
Cette indépendance, nous jeunes africains nous la croyons devant nous, mais saisissable, par cette abnégation dans la lutte, cette lutte ardente et idéaliste dont toi et tes chers disparus comme Sylvanus Olympio, Tavio Amorin, Thomas Sankara, Norbert Zongo et autres ont fait preuve.

Cette  » l’histoire glorieuse de votre lutte pour la liberté » dont tu égrenais ce 30 juin, les contours faits de souffrances, de larmes et de vies sacrifiées, nous, jeunes nous sommes prêts à la réécrire. Et j’espère que du haut du ciel où tu te trouves, tu regardes les jeunes Tunisiens avec fierté.

Mais enseigne-nous la solidarité dans le combat afin que nous ne soyons pas divisés sur l’essentiel: la protection de nos ressources, la liberté et la justice pour nos peuples et le développement durable de notre continent.

Aujourd’hui encore c’est avec des larmes et colère que je me rappelle ta fin tragique mais combien glorieux.
Mais nous te promettons de porter loyalement le flambeau de la liberté et de la justice et de la prospérité dans le concert des nations.

Puisse le bon Dieu t’accorder un repos digne de ceux qui ont combattu le bon combat. et comme le disais ton frère Sylvanus Olympio, premier président et père de l’indépendance assassiné du continent noir « La nuit est longue mais le jour vient« .

Vous pouvez lire l’intégralité et les circonstances de son discours du 30 Juin 1960 sur <a href="https://leko2labs.free.fr

Partagez

Commentaires

Lwesso
Répondre

C'est bon ton article sur ce fils d'Afrique qui n'a pas croiser
les bras ni se taire devant le mal dont souffre notre continent.
Je pense à tous ceux qui ont lutté et milité pour l'indépendance et le bien-être
de notre cher continent, ils ont bien appelé à la prise de conscience
de tous les Africains. Cependant, 50 ans après, leur appel n'a pas été
suivi. Oui, aujourd'hui encore il faut qu'on nous rappelle leurs discours!

Charles Lebon
Répondre

Je suis parfaitement d'accord avec toi Lwesso.

Toutefois, le rappel des mémoires de ces ainés valeureux doivent nous inviter à ne pas désespérer et baisser les bras.
Leurs histoires peuvent contribuer positivement à ce que j'appelle la théorie de l'incarnation du passé dans notre présent à travers les martyrs de la liberté.
Et cette incarnation veut un oui de la part de nous jeunes Africains pour mener la lutte. Mais ce "oui" pour la lutte ne relève pas du sensationnel mais en premier lieu du combat d'idée. C'est pourquoi si nous voulons être l'incarnation de ces grands hommes, il nous faut d'abord et avant tout prendre au sérieux les études et nous cultiver.

Boukari Ouédraogo
Répondre

Ils ont tué Lumumba hier mais telle une hydre à 10 têtes, tu renais malgré tout. Toute la génération consciente est constitué de Lumumba, de Sankara etc

Charles Lebon
Répondre

c'est exact, Ouédraogo!

Julien M.
Répondre

Merci à toi pour ce texte écrit avec conviction. Le soulèvement tunisien me fait dire que le peuple, privé de liberté, en besoin de justice et de mieux-vivre, finit tôt ou tard par se soulever contre l'inacceptable.

Je suis sûr que Patrice Lulumba regarde avec fierté la jeunesse tunisienne.

Julien M.
Répondre

Merci à toi pour ce texte écrit avec conviction. Le soulèvement tunisien me fait dire que le peuple, privé de liberté, en besoin de justice et de mieux-vivre, finit tôt ou tard par se soulever contre l’inacceptable.

Je suis sûr que Patrice Lumumba regarde avec fierté la jeunesse tunisienne.

Charles Lebon
Répondre

«L'histoire universelle est le progrès dans la conscience de la liberté.» Hegel - Introduction à la philosophie de l'histoire. Et comme tu le dis si bien :"le peuple, privé de liberté, en besoin de justice et de mieux-vivre, finit tôt ou tard par se soulever contre l’inacceptable". Merci bien

Transporteur
Répondre

Merci les uns les autres pour votre brillante intervention,j'en serai très synthetique parceque trop de parole fatique le corps.Tous les mauvais chefs d'Etat vont regrettes leurs gestes envers la Nation innocente..."LAISSER SEULEMENT LE TEMPS AU TEMPS"Après la Tunisie,la Cote d'Ivoire bientot,et les autres et les autres se preparent.

Yanick Toutain
Répondre

Ajoutée par YanickToutain le 13 déc. 2010
https://www.youtube.com/watch?v=bNySZgLhxZI

https://revolisationactu.blogspot.com/2010/11/liberte-pour-lapiro-1000-euros-p...

REFRAIN

1000 euros pour Lapiro
1000 euros pour Lumumba
1000 euros pour les héros
1000 euros pour Sankara

1000 euros par Africain
Le salaire est au niveau
On n'est pas des crève-la-faim
On veut juste ce qu'il nous faut

1000 euros par Africaine
Un salaire pour tous les mois
Les émeutes sont de la haine
Fabriquée par Paul Biya

1000 euros pour Lapiro
On a faim à Douala
1000 euros pour Pierre Lambo
On a faim à Mbanga

COUPLET 1

Liberté pour Lapiro
Liberté pour Lumumba
Liberté cri des héros
Et des chaines pour Paul Biya

Liberté pour Lapiro
Les pillards venus du Nord
Paul Biya et ses kapos
Les soldats français dehors

REFRAIN

1000 euros pour Lapiro
1000 euros pour Lumumba
1000 euros pour les héros
1000 euros pour Sankara

1000 euros par Africain
Le salaire est au niveau
On n'est pas des crève-la-faim
On veut juste ce qu'il nous faut

1000 euros par Africaine
Un salaire pour tous les mois
Les émeutes sont de la haine
Fabriquée par Paul Biya

1000 euros pour Lapiro
On a faim à Douala
1000 euros pour Pierre Lambo
On a faim à Mbanga

COUPLET 2

Liberté pour Lapiro
Liberté pour Sankara
Un salaire et rien de trop
1000 euros nous on veut ça !

Liberté pour Lapiro
Et les chaînes pour Bolloré
On mettra tous les salauds
Dans les palmes de Kienké

SUP

On aura la liberté
Comme un vent chaud
Un bel été
Ce qu'il nous faut

Une odeur de pourriture
Vient aux narines - bizarroïde -
C'est la Constitution qui perdure
Le vieux se vide

On aura la liberté
Pour nos enfants
Quand le vieux sera chassé
Et pas avant

Constitution n'est pas constipée
L'odeur n'est pas toute neuve
Paul Biya fait sur ses pieds
On a la preuve

REFRAIN

1000 euros pour Lapiro
1000 euros pour Lumumba
1000 euros pour les héros
1000 euros pour Sankara

1000 euros par Africain
Le salaire est au niveau
On n'est pas des crève-la-faim
On veut juste ce qu'il nous faut

1000 euros par Africaine
Un salaire pour tous les mois
Les émeutes sont de la haine
Fabriquée par Paul Biya

1000 euros pour Lapiro
On a faim à Douala
1000 euros pour Pierre Lambo
On a faim à Mbanga

Yanick Toutain
Répondre

Bien que tous trois issus de la proto-formoisie compradore, Patrice Lumumba, Amilcar Cabral et Thomas Sankara développèrent une politique proto-égalitariste.
Ils favorisèrent les paysans en dénonçant l’égoïsme des syndicalistes formois compradores défenseurs des "diplômés" des villes.
Ils perdirent car ils ne franchirent pas le Rubicon vers l'exigence du salaire égal immédiat pour tous (aucun délai et COMBAT TOTAL contre la formoisie et ses salaires inégaux).
Il faut affronter la formoisie comme les bolchéviks affrontèrent la bourgeoisie.... SANS AUCUN ATERMOIEMENT NI COMPROMIS !!!

Yanick Toutain
Répondre

Un bel hommage Charles !

"comme le disais ton frère Sylvanus Olympio, premier président et père de l’indépendance assassiné du continent noir « La nuit est longue mais le jour vient« ."

Précisément, le meilleur hommage à rendre à Lumumba est de renverser -au Togo - le fils de l'assassin du premier président élu (Lui aussi trahi par son propre fils ayant rejoint le fils de l'assassin de son propre père !)
Le meilleur hommage est de chasser les troupes coloniales fascistes venues de France et leurs harkis....
Le meilleur hommage est la mise en œuvre de ce panafricanisme égalitariste en faveur des "Damnés de la Terre" dont parlait Thomas dans son DOP 1983 écrit par (son bras gauche) Valère Somé.... lui aussi proto-égalitariste à cette époque....
Le meilleur hommage est la révolisation africaine jusqu'au bout, l'africation de l'économie et le salaire égal pour tous les Africains...
Le meilleur hommage est la mise en oeuvre de la délégation générale révocable !
LA TERRE EST NOTRE PATRIE
NOUS VAINCRONS !