Grogne des étudiants au Togo: l’Université est fermée

Article : <strong>Grogne des étudiants au Togo: l’Université est fermée</strong>
27 mai 2011

Grogne des étudiants au Togo: l’Université est fermée

Le gouvernement togolais, pour confirmer son incapacité à gérer les violences de ces derniers jours à l’université de Lomé, a nuitamment hier décidé « la fermeture jusqu’à nouvel ordre » de celle-ci.

En effet pendant deux jours consécutifs, les étudiants ont crié leurs mécontentements en organisant une Assemblée Générale sur l’initiative du MEET (Mouvement pour l’Émancipation des Étudiants Togolais) afin de définir des stratégies pour revendiquer leurs droits.

Deux des principales revendications des étudiants concernent le système LMD (Licence-Master-Doctorat) et l’octroi des bourses.
Concernant le système LMD, système anglo-saxon introduit à l’université de Lomé depuis 2008, les étudiants n’y sont pas fondamentalement contre. Ils déplorent et dénoncent plutôt le fait que les préalables pour une bonne application de ce système ne soient pas réunis.

L’université de Lomé compte actuellement 40 000 étudiants alors que les infrastructures existantes, en tenant compte de l’organisation et la programmation des cours, ne peut accueillir dans les normes que la moitié de cet effectif.

Il est même d’habitude que pendant un cours, sur 100 étudiants, 30 seulement peuvent trouver de places inconfortables dans la salle et que les 70 autres se débrouilleront au dehors de la salle.

Comment dans ces conditions le système LMD qui requiert entre autres une personnalisation des études créant également une relation personnalisée entre le professeur et l’étudiant peut-il prendre forme?

La deuxième principale revendication est la réintroduction des bourses. Actuellement, les étudiants ne perçoivent qu’une somme dite « aide aux étudiants » en raison de 30€ chaque deux mois.

Ce sont ces quelques revendications qui ont amené les étudiants en Assemblée Générale.

Mais comme au Togo tout rassemblement, qui n’est pas fait avec chants et danse, discours dithyrambiques et applaudissements sonores en honneur au chef de l’État, roi ad vitam du Togo, est considéré comme une rébellion, une conspiration envers la sureté de l’État, cette assemblée générale des étudiants a été réprimée pour préserver la paix nationale et l’ataraxie intellectuelle.

Cette répression a conduit comme toute attente à une rare violence sur le campus universitaire de Lomé avec plusieurs blessés et quelques arrestations.

Peut-être pour prévenir tout mouvement révolutionnaire à l’exemple des pays arabes et de notre voisin le Burkina-Faso, le gouvernement n’a trouvé que cette petite porte éphémère et dangereuse de sortie de crise en fermant l’université.

Mais d’ici-là si les revendications ne sont pas prises en compte et analysées minutieusement, afin d’apporter des solutions idoines et pérennes; et sachant que les mêmes causes produisent les mêmes effets, il ne sera pas étonnant que ces violences resurgissent à la réouverture de l’université de Lomé.

Partagez

Commentaires

jeogo
Répondre

si c'est chaque 2 mois , cela ferait 6 tranche par an ; je crois qu'au dernières nouvelles il n'y a que 4 tranches.
Quand les les autorités togolaises comprendront-elles que la repression ne résoudra rien. Dommage pour le Togo

Charles Lebon
Répondre

En fait les 6 tranches demeurent une promesse fictive. La réalité est qu'ont est toujours aux 4 tranches.
Ce matin la tension reste vive au quartier st. Joseph où les étudiants ont prévu se réunir.

Bien à toi!

ameth
Répondre

Ha le systeme LMD, le cauchemar de tous les étudiants. Au senegal aussi on a essayé de le combattre mais en vain. Une fois que le système est en marche rien ne peut l'arreter. Je vous souhaite bon courage en espérant que votre université réouvre ses portes rapidement.

ATCHOLE
Répondre

je ne comprends pas le MEET n'a pas organisé cela c'est plutot la synergie.nous réclamons beaucoup de choses.1 la libération de nos amis emprisonné sans condition et le reste suivra après

Mbaiasra
Répondre

Ha! Ces crises vont terminé quand en afrique! chers freres étudiants togolais, espérons que les autorité traiteront ce problème.