Facebook : un monde à moi !

Article : <strong>Facebook : un monde à moi !</strong>
3 février 2011

Facebook : un monde à moi !

Facebook : un monde à moi !

J’ai un monde ! Un monde à moi différent de ce monde intérieur que les spiritualistes invitent à découvrir et à creuser.
Ce monde à moi n’est pas non plus ce monde extérieur. Il ne ressemble pas à mon environnement immédiat fait de contacts physiques, de chaleurs humaines et des regards trop indiscrets et vindicatifs des autres.

Ce monde à moi est quelque chose de virtuel mais pas exactement. Surtout n’allez pas comparer ce mot virtuel à l’imaginaire ou à la rêverie, ni à des images de synthèse tridimensionnelles. Ce monde virtuel à moi est tout aussi réel que les globules dans ton sang.

Je dis bien un monde à moi et je vous vois déjà, esprits cartésiens, pétris dans le moule du doute, vous vous demandez si vraiment ce monde est à moi ! Suspendez votre doute ! Ce monde, il est bien à moi. Car j’en suis le seul à posséder la clé d’accès. Avec une adresse email, un password et un petit clic, me voilà déjà dans mon monde.

Ce monde, je ne l’ai pas crée bien sûr ! Mais, il est à moi ! En fait il a un créateur qui comme Deus es machina s’occupe de son fonctionnement. Mais j’en suis aussi bien co-créateur parce que artiste de ce tourbillon réalité-virtualité qui souffre de peu d’objection malgré l’esprit sceptique de notre siècle.

C’est aussi mon monde à moi car une fois dans mon monde, c’est moi et moi, uniquement moi qui prends les décisions même si je peu être épié sur ma vie. Le reste n’est que propositions soumises à mon aval. Ah ! Comme c’est bien parfois de se sentir non seulement chez soi mais encore plus : être maître chez soi.

Voilà la première chose que Facebook m’offre : celui me m’affirmer, de me rendre visible, de faire émerger mon identité dans cette nouvelle communauté qui est irréversiblement tournée vers des horizons futurs.
Cette première possibilité même si très souvent reste inconsciente, motive beaucoup de jeunes Loméens à créer leurs profils surtout sur facebook et à le brandir devant les autres comme un pas posé en avant dans l’ultra-modernité.

Ce monde qui est à moi est aussi bien un monde. Comme une araignée, je le tisse ; et comme Dieu, je le crée à mon image. Il est fait de mes relations amicales et de mes centres d’intérêts qui se ramifient aussi à travers leurs relations amicales et ainsi de suite. C’est un peu compliqué mais n’avez-vous pas appris en mathématiques élémentaires que « l’ami de mon ami est mon ami » ?

Et bien voilà, je me retrouve avec 50, 100 et voire plus de 1000 amis avec qui partager, échanger, débattre, et aussi rire. Ça peut aussi aller loin comme organiser une rencontre, faire un pub pour une activité et aussi pourquoi ne pas inviter une nana, non plus sur cette machine, qui ne favorise pas bien des corps à corps, dans un restaurant catimini très class de ma ville.

Ces chiffres dont je vous parle, sont encore modeste. Allez consultez le monde-facebook de ce Noir, président des Blancs et des Noirs et des Jaunes, Obama. Je l’envie ! Il n’est pas maitre dans son monde-facebook, il est dieu ! A l’heure où je mets cet article en ligne, il y a 18 111 891 qui aiment son profil! C’est du délire !

Mais non, c’est un pouvoir ! Car la possibilité d’avoir plusieurs amis avec qui on peut partager simultanément des informations dans un temps records et gratuitement, est bien plus qu’une communication : c’est vraiment un réseau social !

Cette possibilité de toucher un grand nombre de personnes, n’est pas seulement comprise par nous les « micro-citoyens », les « fourmis de la république ». Les « éléphants de la république », ces hommes politiques sont aussi atteints par la facebookmania. Ainsi vous pouvez voir des profils du président de la république togolaise Faure et son opposant Fabre se disputer à qui aurait plus de personnes qui cliqueraient sur l’icône « j’aime ».

Tout compte fait, mon monde-facebook à moi n’est à moi que dans le sens d’interaction sociale. C’est l’outil idéal pour partager avec une grande communauté de personnes qui vous suivent. Quelle formidable possibilité !
Quelques soient les objections à leur encontre, les réseaux sociaux demeurent un outil. Et l’outil sera bon ou mauvais selon l’utilisation que nous les hommes nous en ferons.

Partagez

Commentaires

Kpelly
Répondre

Jolie, la dernière phrase de ton article. Les réseaux sociaux demeurent vraiment un outil, un vrai outil à nous jeunes qui avons besoin de nous ouvrir au monde.
Amitiés, compatriote. A bientôt à Lomé

Charles Lebon
Répondre

Merci bien, Kpelly! A bientôt donc!

Macie Gravis
Répondre

Youre so cool! I dont suppose Ive read anything like this before. So good to seek out any individual with some original thoughts on this subject. realy thanks for starting this up. this web site is one thing that is needed on the internet, someone with somewhat originality. helpful job for bringing one thing new to the web!