Togo/Démission : Le Premier Ministre Gilbert Houngbo plie ses bagages

Article : Togo/Démission : Le Premier Ministre Gilbert Houngbo plie ses bagages
12 juillet 2012

Togo/Démission : Le Premier Ministre Gilbert Houngbo plie ses bagages

Le Premier ministre du Togo, Gilbert Houngbo, a présenté ce mercredi sa démission et celle de son gouvernement au chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Le président Faure Gnassingbé a félicité M. Houngbo pour la qualité de la gestion du travail gouvernemental et l’a chargé d’expédier les affaires courantes.

Une source officielle citée par le site gouvernemental Republicoftogo précise :

« Dans la nouvelle phase qui s’ouvre,  avec la préparation des élections législatives, il est important que tous les courants représentatifs de la société togolaise soient associés à la gestion des affaires publiques ».

« Des consultations seront engagées par le Chef de l’Etat afin que tous ceux qui le souhaitent apportent dans un esprit constructif leur contribution à la consolidation de la relance économique et à l’affermissement  de l’Etat de droit et d’une démocratie consensuelle, ouverte à tous », ajoute la même source.

Gilbert Houngbo avait succédé à Komlan Mally en septembre 2008.

Il assurait, avant ce poste, la direction du bureau Afrique du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement). Technocrate, sa durée à la primature n’a été que du vent.

Aucun programme mis en place, planifié, suivi et réalisé ; aucune réalisation en matière de développement. Lors de sa nomination en 2008, il s’était même engagé en se fixant un délai de six mois pour changer le quotidien du Togolais.

Au contraire, se disant n’être d’aucune couleur politique, il compte dans son palmarès de succès à la primature  plus de campagnes de soutien et de discours dithyrambiques à la gloire du fils héritier de Gnassingbé Eyadema et pour le compte du RPT-UNIR, parti réactualisé du pouvoir.

Le résultat, son résultat-bilan à la tête du gouvernement Gnassingbé-fils II à l’heure où il dépose le tablier est tout simplement négatif. La preuve : le peuple togolais est dans la rue criant encore son mal-être.

Comme d’habitude, ce régime cinquantenaire qui ne veut aucunement quitter le pouvoir fait encore sortir l’une de ses armes redoutables pour « désunir » l’opposition, casser les mouvements de protestations et reprendre en main le pouvoir.

Devant ce remaniement, les regards des Togolais beaucoup plus sceptiques, sont plus tournés vers l’opposition dite radicale et les responsables du Collectif « Sauvons le Togo » qui par des manifestations en séries ont réussi à prouver que le peuple peut toujours dire le dernier mot : Accepteront-ils d’aller à la mangeoire ?

Mais comme le résume Togoforum : « Aucun leader n’arrive à convaincre les populations du Togo que son seul ralliement au pouvoir cinquantenaire suffit à régler les injustices sociales et le malaise général dus à une gestion approximative du Togo. Si une leçon peut être tirée tout de suite, c’est que, seuls les peuples détiennent le vrai pouvoir et ne demandent qu’un bon leadership pour braver toute tyrannie. »

Partagez

Commentaires

Abdoulaye Bah
Répondre

Pourquoi loin de leurs pays les africains sont bons. Mais dès qu'ils se trouvent à opérer chez eux, ils le sont moins, même dans la république héréditaire du Togo?