Togo : banditisme au sommet de l’Etat

wpid-3-une.JPG

Photo Togocouleurs.mondoblog.org

Aux lendemains des incendies qui ont ravagés les marchés de Kara et de Lomé, le régime de Faure Gnassingbé  s’est lancé dans une véritable chasse aux opposants. Arrestations, intimidations, harcèlements, menaces : voilà ce qui peut t’arriver au Togo si tu es un opposant récalcitrant au régime de Faure Gnassingbé.

48 heures après l’incendie du marché de Lomé, M. Gérard ADJA, premier vice président de la formation politique OBUTS, à sa sortie de la messe, fut arrêté arbitrairement par la gendarmerie. Les deux avocats, Me Jil Benoît AFANGBEDJI et Me Raphaël KPANDE-ADZARE défenseurs des droits de l’homme, que le Collectifs Sauvons le Togo (CST) a envoyé à la gendarmerie pour l’assister, se verront à leur tour mis en garde à vue malgré l’intervention du bâtonnier de l’Ordre des avocats du Togo.

Le 16 Janvier 2013, soit trois jours après l’arrestation de son premier vice-président, c’est à celle de son président national que la formation politique de l’opposition, l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS)  doit s’attendre. Ce dernier étant un ex-président de l’Assemblée Nationale, c’est le chef de l’Etat Faure Gnassingbé qui en personne, a demandé à cette assemblée moutonnière de procéder à la levée de son immunité parlementaire. Ceci fut fait tout en prenant soin de violer la Constitution, qui prévoit dans ce cas la constitution d’une Commission spéciale chargée d’examiner le dossier et l’audition de l’intéressé devant l’Assemblée.

Une heure plus tard, les alentours de la résidence d’Agbéyomé Kodjo, président de l’OBUTS, seront bouclés avec des chars d’assaut par des éléments de la SRI dirigé par le Capitaine Akakpo. Il sera conduit sous grande escorte à la Gendarmerie Nationale. Les trois enfants dont deux filles qui ont suivi leur père, seront pris à partie par un groupe de gendarmes, battus devant leur père et jetés à la devanture de la gendarmerie sur ordre du capitaine Akakpo.

D’autres membres des autres partis politiques de l’opposition, notamment celles de l’ANC de Jean-Pierre Fabre, furent aussi arrêtés dans des conditions similaires. Mme Suzanne Kafui Nukafu Dogbevi, membre de l’ANC et Jean Eklou, président de la jeunesse de l’ANC furent également arrêtés et déférés à la prison civile de Lomé. Et la liste ne cesse de s’allonger.

Et ils sont nombreux ces opposants qui croupissent aujourd’hui à la prison civile de Lomé, tout simplement parce que voyant de loin la volonté hideuse de Faure Gnassingbé de se maintenir à vie au pouvoir, ils luttent pour qu’au moins les conditions de transparences soient réunies pour éviter les fraudes et de facto le cycle d’élection-contestation-violence-dialogue.

Tout  est donc bien orchestré pour imputer la responsabilité des incendies aux membres du Collectif Sauvons le Togo. Le Colonel Yark a ainsi fait une mise en scène à travers les medias en faisant témoigner des jeunes qui mettaient directement en cause les responsables du Collectif Sauvons le Togo. Mais comble de l’absurde, l’un des jeunes que vous voyez ci-dessous dans cette vidéo se nommant Mohammed, imitant mal l’accent wolof et de nationalité sénégalaise, est bien un Togolais dont le témoignage a surpris sa famille résidant ici à Lomé.

Le déroulement de cette enquête sur les marchés au Togo, ressemble beaucoup plus à film de gangsters qu’à une quête responsable, sereine et sérieuse de la vérité.

A ces scène de désolation politicienne, s’ajoute l’introduction par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) à la Commission des Lois de l’Assemblée nationale un projet de modification de sa Loi organique. Objectif : s’octroyer des pouvoirs pour mieux réprimer la presse.

Comme le démontre cette vidéo ci-dessous dans laquelle le secrétaire général de l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégrale (ADDI), Alphonse Kpogo, fut trainé par terre comme un vulgaire bandit, les habits déchirés par les gendarmes, il semble de plus en plus qu’on est plutôt au Togo dans du vrai banditisme organisé depuis le sommet de l’Etat.

Une fois encore l’espoir que s’ouvre un lendemain meilleur pour mon cher pays n’a jamais été aussi hypothéqué.

 

 

 

The following two tabs change content below.
Charles Lebon
Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.
Charles Lebon

De Charles Lebon

Charles Le Bon Vodounon est un blogueur togolais qui a rejoint @Mondoblog dans ses premieres heures. Ancien religieux seminariste de la Congégration Saint Jean Bosco, il est diplomé de l'Institut Supérieur de Philosophie et de Siences Humaines (ISPSH Don Bosco) et de l'Université de Lomé. Son texte majeur de fin de cycle porte sur Friedrich Nietzsche dont il ne cesse d'approfondir la pensée. Il vit actuellement aux Etats-Unis où il approfondie ses études. Bien qu'immergé dans une société Anglophone, il continue l'effort d'alimenter son blog en francais afin de rester proche de la communauté francophone dont il est issu et dont il reste le plus proche en matière des questions relatives au développement et aux droits humains. Son engagement au blogging est guidé par cette citation d'Anatole France: « J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.» Extrait de "Le Crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Lorsque la Sagesse, par le temps qui court, s'attable avec la Corruption, Charles Le Bon nous invite sur son blog à questioner nos quotidiens et les équations qui se posent à nous tous au moyen de la Folie.

7 Des réflexions sur “Togo : banditisme au sommet de l’Etat

  1. Je ne suis pas surpris. Quant on sait que dans ce pays même les syndicats des fonctionnaires ne peuvent pas se reunir bien que reconnus pas l´autorité qui leur avait délivré les recépicés. Nous avons pour preuve les gaz lacrymogènes qu´ont essuyé ceux qui étaient réunis le week – end dernier a Kara.
    La chasse aux sorciers lancée par le régime dans le rang du CST et du FRAC. C´est vraiment regretable pour ce petit pays.

    • @felizardo,

      Oui, ce petit pays, comme vous le dites si bien souffre d’un clan qui depuis 50 ans fait son malheur. Il appartient à notre génération de libérer de petit pays de ce joug dictatorial qui l’empêche de s’envoler vers un développement durable.

      Cordialement

    • Salut Aphtal,
      Comme tu le dis, je crois que les réseaux sociaux donne une dimension nouvelle à la « parole/verbe » ou mieux amplifie son pouvoir. Nous devons en prendre conscience et les utiliser contre l’arbitraire et la dictature qui se cachent habillement de nos jours sous une démocratie de façade.
      Ils ont aujourd’hui avec eux la force brute de l’armée. Mais nous nous avons la force des forces: le verbe à travers le canal des réseaux sociaux. C’est le moins qu’on puisse faire pour l’avènement d’un lendemain radieux sous le ciel de nos aïeux.

      Bien de choses à toi!

  2. Pingback: Togo: Manipulation dans l’affaire des incendies, le scénario du montage dévoilé | TogoCouleurs

  3. Pingback: Notre contribution à l'information - 26, rue du Labrador26, rue du Labrador

  4. Pingback: Le cauchemar des Togolais sous les Gnassingbé - TogoCouleursTogoCouleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*