TOGO/Sanctions : Le régime de Faure joue les bons élèves

Article : TOGO/Sanctions : Le régime de Faure joue les bons élèves
19 juillet 2012

TOGO/Sanctions : Le régime de Faure joue les bons élèves

Des policiers dans les couloirs de la villa de Jean-Pierre Fabre

Ce 14 juillet, tandis que la France célébrait sur les champs Elysées la « dame Liberté », celle-ci sous nos cieux, était une fois encore embastillée.

En effet comme d’habitude et d’arbitraire, la marche hebdomadaire du FRAC (Front Républicain pour l’Alternance et le Changement) fut empêchée sans quelle ne soit interdite par les autorités. Jean-Pierre Fabre, après qu’il ait été reçu à l’Elysée doit subir encore une assignation à résidence. En fait il est devenu un prisonnier de tous les samedis. Cette incongruité, dans une république est devenue si normal, trop normal, qu’aucune parti frère de l’opposition n’a élevé la voix pour condamner de tels agissements du régime de Faure Gnassingbé, qui violent notre Constitution.
Toutefois dans cette anormalité normale, il y a eu un pas de plus inacceptable qui fut franchi : les portes de la maison de Jean-Pierre Fabre furent défoncées. Tous ceux qui étaient présents à l’intérieur furent passés à tabac par les forces de l’ordre. Nous pouvons même voir sur les photos, des hommes en tenues qui se permettaient une ballade punitive dans la villa du leader de l’opposition. Jean-Pierre Fabre lui-même lors d’une interview accorde a la RFI, racontait les faits : « Ils ont envoyé des grenades lacrymogènes dans mon domicile, ça a duré à peu près 3 heures 30, relate l’opposant. Après ils sont rentrés dans mon domicile en fracassant le portail d’entrée. Ils sont rentrés, ils ont tabassé les gens qui étaient dans la maison. Ils sont rentrés dans la maison voisine, ils ont saisi les motos, ils ont à nouveau passé les gens à tabac, il y a eu beaucoup de blessés et ils ont arrêtés des jeunes. C’était d’une violence incroyable. »

Malgré les photos et vidéos qui circulaient pour témoigner de cet événement surréaliste, le Commissaire central de la ville de Lomé raconte autre chose. « A aucun moment les forces n’ont pénétré dans le domicile de Fabre et, jusqu’à preuve du contraire, aucune interpellation n’a été faite ce jour. Car quand nous nous sommes rendus compte que les manifestants érigeaient les barricades, je leur ai dit « vous descendez, vous réduisez les barricades », c’est tout ! »

Mais dans la journée de lundi 17 juillet un communiqué issu de la présidence demandait une enquête de 48 h.
Au terme de cette enquête la véracité des faits a été confirmé. Le ministre Gnama Latta déclarait à propos : « Je condamne fermement ces dérapages intolérables qui sont en violation totale des textes et ne correspondent nullement à la noble mission assignée aux forces de l’ordre ».
Ainsi 4 policiers fautifs ont été mis aux arrêts de rigueur pour 60 jours et passeront en conseil de discipline. En outre, les blessés seront pris en charge par l’Etat qui assumera tous les frais pour les soins précise le site gouvernemental RepublicofTogo.

Toutefois les Togolais restent sceptiques face à ces mesures pour plusieurs raisons :

On peut compter ici 6 policiers à l’œuvre

1- Sur les photos et vidéos (ci-dessous), on peut au moins compter plus de 4 agents et plus précisément 6. Alors pourquoi sanctionner seulement 4 ?
2- Il serait trop facile de faire croire que ces policiers ont agit de leur propre volonté. Aussi si sanction il y aura, il faut que les commanditaires, les vrais coupables qui instrumentalisent nos forces de l’ordre soient aussi punis.
3- Et les autres faits restés impunis? :
• rappelons que Jean-Pierre Fabre étant député et président d’un groupe parlementaire, a été frappé par l’officier Kondo qui le 13 Juin 2012 a récidivé en tabassant sérieusement Célestin Agbodan de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) avant de l’embarquer. Cet officier KONDO nargue toujours les manifestants en toute impunité.
• Le 12 juillet, les portes de la maison d’Agbéyome Kodjo, président de l’OBUTS furent également fracassées et ses enfants brutalisés.

4- Et le cas des « gros poissons »? :

L’une des revendications du Collectif « Sauvons le Togo » est l’établissement des responsabilités quant au rapport falsifié à propos des tortures dans l’affaire de Kpatcha Gnassingbé. Dans ce rapport, certains proches et protégés du Chef de L’Etat Faure Gnassingbé ont été clairement identifiés comme tortionnaire. Mais ces personnes restent toutes-puissantes et continuent de narguer le peuple.

Ces quelques réserves montrent l’incohérence de cette volonté du pouvoir d’afficher une « Tolérance Zéro pour tout abus ».

En attendant que TOUS les abus soient sanctionnés, le Collectif « Sauvons le Togo » ne se laisse pas distraire. Il prévoit encore ce week-end des manifestations : le samedi une grande marche et le dimanche un meeting d’information.

Partagez

Commentaires