Grande mobilisation autour des étudiants à Lomé : les images

Article : <strong>Grande mobilisation autour des étudiants à Lomé : les images</strong>
2 juillet 2011

Grande mobilisation autour des étudiants à Lomé : les images

Ces quelques photos que j’ai prises pour vous, reflètent la tension et les échauffourées qui ont eu lieu ce vendredi dans les rues de Lomé entre la population, qui est sortie massivement soutenir les étudiants, et les forces de l’ordre.

Cette manifestation, qui devrait être une marche pacifique qui conduira les étudiants au palais de la présidence pour qu’ils portent leurs doléances au chef de l’Etat, s’est transformée en un affrontement entre manifestants et forces de l’ordre.

Notons qu’en craignant que cette journée ne soit un vendredi noir, vu le soutien de la quasi totalité des parti politiques, de la société civile et des organisations de défenses des droits de l’homme, le gouvernement est revenu dans la nuit du jeudi 31 juin sur la décision d’exclure pour six (6) ans le président du MEET (Mouvement pour l’Epanouissement de l’Etudiant Togolais), Adou Sébou. Décision qui était l’un des motifs majeurs de l’appel à cette marche.

La révocation de cette décision d’exclusion étant prise, le MEET, lors d’une conférence de presse dans la journée, a renoncé à la marche et a répondu favorablement à une négociation, le deuxième durant cette crise estudiantine, avec le gouvernement à la primature à Lomé.

Vous pouvez reconnaître aussi sur ces photos, le colonel Yark, qui lors des échauffourées a initié une négociation, une sorte de trêve avec les manifestants dans les rues de Lomé, qui s’est soldée par un échec. Après son départ des lieux, une pluie de gaz lacrymogènes s’était abattue sur les manifestants.

Peut-être que ces images ne vous dirons pas assez grand-chose, puisque la répression, la violence entre presque dans la banalité.

Mais pour nous qui voulons que notre pays accède aux idéaux de liberté de paix, de justice, bref d’un bonheur accessible pour tout Togolais et au-delà pour tout terrien, ces évènements nous confortent à ne pas baisser les bras.

Notre joie, le sens même de notre existence, l’histoire que nous voulons bien construire, sera certainement notre détermination à laisser un monde meilleur et magnifique à la génération future.

Cette crise estudiantine qui n’a que trop duré est en fait une expression évidente du déclin du régime RPT et donc de son incompétence à engagé résolument le Togo sur la voie de la Liberté et du Bonheur.

La solution au Togo et ce qui nous reste, nous Togolais, non pas en partisan d’un quelconque parti politique que ce soit, mais en citoyen libre, à faire, je l’ai déjà dit dans un autre article : Il est impératif, dans la situation actuelle où les volontés de puissances et les médiocrités nous ont conduits, que Faure Gnassingbé et tout son système caduc quittent le pouvoir. Et nous devons leur retirer la canne de commandement.

Je termine cet article avec une citation de Victor Hugo, qui sur la tombe de Jean Bousquet, au cimetière de Saint-Jean, à Jersey le 20 avril 1853 disait :

« Amis, nos souffrances engagent Dieu. Il est débiteur fidèle, il s’acquittera. Ayons donc une foi virile, et faisons avec transport notre sacrifice. Opprimés de toutes les nations, offrez vos plaies (…) à la liberté du genre humain. »

• Les images (ces images appartiennent à Togocouleurs et à Mondoblog)

AHADZI-Nonou est le président de l'Universiré de Lomé

Le colonel Yark en négiciation avec les manifestants

au lion vous pouvez voir une fumée de gaz lacrymogène

Partagez

Commentaires

Kpelly
Répondre

Charles, nos plaies, nous les avons toujours offertes à Dieu, à la nature, au monde, à la communauté internationale, personne ne veut nous écouter. Cet inconscient que vous appelez président doit quitter comme tu le dis si bien. Nous ne sommes pas le seul peuple au monde pour tout le temps pleurer devant les autres. Comment cet imbécile morveux-là qui prétend nous diriger et sa bande de fainéants se retrouvent incapables de régler ce rien de problème avec les étudiants? Et l'opposition, lâche, louche et opportuniste comme toujours, s'en mêle une fois de plus pour se faire écouter. Mort à tous ces petits microbes qui nous encombrent dans ce pays. Trop violent mais j'assume comme toujours. Y en a marre! Nous devons, enfin, marcher, aller de l'avant. Salut Charles
Amitiés!

Charles Lebon
Répondre

Oui David, nous ne pouvons que l'assumer, car ça va dans l'intérêt de notre pays.

Amitiés!

jean baptiste kouadio
Répondre

C'est le début des mouvements de contestations qui peuvent conduire au ko si les autorités togolaises ne font pas attention. De toute les façon des pays comme le Sénégal ,le Burkina fasso et le Togo ne vont pas échapper aux mouvements de contestations voir à la guerre civile.

Charles Lebon
Répondre

Salut Jean Baptiste,

Je ne souhaite pas la guerre civile pour nos pays. Les scenarii des révolutions du monde arabe peut-être le chemin à suivre.